Comment s’exprime l’enfant blessé en nous ? Article 2

Comment s’exprime l’enfant blessé en nous ? Article 2

This entry is part 6 of 11 in the series Sommaire

Article 2 – Notre enfant intérieur blessé, comment s’exprime- t-il  dans notre vie d’adulte ?

Poursuivons notre chemin de réparation. Nous avons déjà évoqué les deux  premières blessures dans les articles 1,2 et 3 précédents : blessures de rejet et  d’abandon. Cette semaine, je vous parlerai de la codépendance, cette  construction de la personnalité de l’enfant ayant connu le rejet et/ou l’abandon selon John Bradshaw, initiateur de la thérapie de l’enfant intérieur.

Autres sources : docteur Dufour, la blessure d’abandon – Lise Bourbeau, les  blessures de l’enfance

Repérer les signes

Selon votre histoire, vous allez développer différentes façons de combler vos carences narcissiques. Voici quelques signes qui peut-être vous parleront :

  • Je passe d’une relation à l’autre en étant toujours déçu
  • Je recherche en amour la personne parfaite qui répondra à mes besoins
  • Je suis dépendant : je n’agis pour moi-même mais toujours en fonction des autres, j’attends amour et reconnaissance, je fais à la place de l’autre, je devance ces attentes, je pense ce que l’autre pense (travailler l’accord toltèque 3 : je ne fais pas de suppositions)
  • Je cherche le sentiment de ma valeur personnelle dans l’argent et la possession de biens matériels
  • Je cherche l’admiration par la réussite sociale
  • Je me sers de mes propres enfants pour satisfaire mes besoins narcissiques. J’essaie d’obtenir de mon enfant l’amour et l’admiration que je n’ai pas reçus de mes propres parents.

La personnalité d’un enfant intérieur blessé

  • manque de confiance en soi

Si les parents sont indignes de confiance, l’enfant développe une profonde méfiance. Pour lui le monde est hostile, dangereux et imprévisible. Il est de ce fait toujours sur ses gardes et contrôle toutes les situations

La croyance est : « Si je contrôle tout, personne ne pourra me prendre au dépourvu. »

Cela crée la dépendance qui va se déplacer sur le travail, incapacité à déléguer, sur une hyperactivité, une hyper-disponibilité, une hyper-serviabilité, sur des disputes et colères ou sur un abandon de tout contrôle (on se laisse faire avec naïveté, on se cramponne à des rituels, religion)

 Cette blessure s’exprime dans des ACTING OUT et des ACTING IN

  • L’ACTING OUT (réactions tournées vers l’extérieur) : l’enfant blessé met en acte ses besoins vitaux non satisfaits de l’enfance et ses traumas refoulés. Ce qui entrâine : colères excessives (foudre de guerre) ou peurs de tout (fuite, évitement…) ou chagrin excessif (dépression, désespoir)
  • L’ACTING IN (réactions tournées vers soi): l’adulte s’afflige à lui-même les mauvais traitements qu’il a subis, se traite : « espèce d’imbécile, idiot, nul … tu n’y arriveras pas… » Manifeste de la colère passive = ne dit rien, garde tout pour lui. Grande obéissance à l’autorité

Les signes somatiques qui expriment en maux cette souffrance intérieure non mise en mots sont : troubles gastro-intestinaux, céphalées, maux de dos, douleurs au cou, tensions musculaires, asthme, arthrite, attaques cardiaques, cancer…

Il est important de considérer que vous êtes également blessé si vous avez été témoin d’acte de violence, de rejet ou d’abandon, même si vous ne l’avez pas directement subi, vous en êtes également victime.

Les dysfonctionnements dans la relation d’intimité

L’ « adulte-enfant » oscille entre la peur d’être abandonné et la peur d’être englouti. Le fameux : je t’aime, moi non plus ! Il confond alors dépendance et amour (le véritable amour n’attend rien, ne juge pas, ne blâme pas, ne fait pas de chantage, de menaces…)

Et il confond intensité (toujours besoin d’émotions fortes) avec intimité (douce et bienveillante). Et contrôle avec sécurité.

Construction d’un “faux-self”

Si le parent est incapable de reconnaître la légitimité des sentiments de l’enfant, ses propres besoins et désirs, l’enfant rejette son vrai moi et se construit son faux moi (le “faux self” selon Winnicott), c’est-à-dire une identité adaptée aux attentes extérieures.

Pour être aimé, l’enfant façonnera son comportement en se conformant aux attentes présumées de ses parents. Au fil du temps, son faux moi deviendra la personne qu’il croît être. Il finira par oublier qui il est et à ne plus se connaître vraiment.

Quand une personne a confiance en elle, elle ne redoute pas l’abandon mais sans frontières établies, elle ne sait pas où elle finit et où commence l’autre.

La personne a du mal à dire non, à savoir ce qu’elle veut, ce qui est crucial pour établir une relation intime.

Cela est aggravé s’il y a dysfonction de l’identité sexuée (ex : déception d’un des parents à la naissance qui souhaitait un garçon alors que naît une fille), s’il y a mépris, humiliations et négligences.

INDISCIPLINE/ULTRA DISCIPLINE

L’enfant a besoin que ses parents incarnent des modèles d’autodiscipline. Comme les limites ne sont pas posées de façon saine, deux attitudes vont se forger :

  • L’enfant blessé remet au lendemain, flâne, traîne, s’obstine, se montre buté, agit impulsivement, diffère ses plaisirs. (enfant rebelle en systémique)
  • ou devient ultra discipliné, rigide ; obsessionnel, contrôlant, obéissant à l’extrême, soucieux de plaire à tout le monde, rongé par la honte et la culpabilité (enfant soumis)
  • On peut osciller entre ces deux comportements

Remarquez que souvent dans les fratries de famille codépendante, lorsque l’un des enfants endosse un de ces rôles, l’autre fait tout l’inverse !

Comment en guérir ?

NOUS NE SOMMES PAS TOUJOURS CONSCIENTS DE SOUFFRIR DE LA BLESSURE D’ABANDON ou DE REJET

Lorsqu’il y a un fait précis, il est plus facile de comprendre l’origine de la blessure. Comme ces blessures s’installent très tôt dans l’enfance, vous n’avez pas les souvenirs, seuls restent les ressentis intérieurs. Il est plus difficile d’en prendre conscience lorsque les choses sont cachées sous un masque de non-dits, d’acceptation (dans ma famille on ne se touche pas, on ne dit pas ce que l’on ressent mais c’est comme ça…), de résignation ou de rationnalisation. Le conditionnement a fait de ce mode de relation une normalité.

L’amour est bien autre chose, l’amour est présence, partages, acceptation, bienveillance, protection, écoute…

et au plus profond de vous, vous sentez bien que quelque chose de fondamental vous manque.

Premier temps : accepter de devenir conscient de ces blessures car les personnes en souffrance :

  • ne sont pas habituées à faire le lien entre ce dont elles souffrent aujourd’hui et les émotions qu’elles n’ont pas vécues dans leur enfance.
  • La société ne reconnaît pas l’abandon comme véritable source de souffrance
  • Les personnes abandonniques ne désirent pas se souvenir de ce qu’elles ont vécu car cela est trop douloureux
  • beaucoup pensent que remuer les choses du passé est inutile, veulent « positiver » comme pas si grave que cela, il y a bien pire = autre façon de rester dans l’oubli
  • ne se posent pas la question, habitués à vivre cette souffrance

Deuxième temps : dépasser les résistances

L’abandonnique insiste sur le fait que les personnes se sont occupées de lui, l’ont quand même aimé. Les personnes disent souvent : j’ai eu un toit, à manger, une éducation… j’ai pas à me plaindre. Et bien SI !

Il ne s’agit pas de juger sa famille mais d’accepter de ressentir ce qui vous a manqué, d’aller chercher vos émotions enfouies qui continuent de vous faire souffrir tant d’années après.

Votre résistance est à la mesure de votre détresse. Plus le sentiment d’abandon est profond, plus les résistances à accepter votre souffrance sont difficiles à soulever.

Il faut lever le voile sur le passé et faire face à la douleur qui est liée : la douleur de ne pas avoir été aimé comme on aurait eu besoin de l’être.

Toucher la croyance ” on ne m’aime pas car je ne suis pas aimable, c’est pour cette raison que l’on m’a abandonné(e) et que l’on continue à le faire” afin de la déprogrammer. Et créer une nouvelle réalité : “je ne vais plus attendre de l’extérieur que les autres me comblent, je vais apprendre à devenir un père et une mère suffisamment bons pour moi.”

Reconnaître l’abandon c’est remuer le couteau dans la plaie béante, vous pensez peut-être qu’il vaut mieux nier ou minimiser. Hélas, votre élan de vie est touché et vous ne vivez pas vraiment, vous survivez et vous enfermez dans des schémas répétitifs de souffrance.

Et pourtant, guidé par un professionnel, c’est le chemin à prendre pour vous libérer.

Troisième temps :

  • Reconnaître que l’abandon vous fait souffrir chaque fois que vous êtes confronté à des situations qui s’apparentent à un nouvel abandon.
  • Apprendre à déceler les signes (somatiques, psychologiques) qui montrent qu’elle est toujours active

Dernier temps : l’abandonnique va réellement prendre conscience qu’il souffre d’abandonnique et que sa vie entière est polluée par cette souffrance. (souvent effaré par la place de ses symptômes dans sa vie).

Vous pouvez avoir à nouveau tendance à fuir pour échapper à la souffrance de remonter tout cela à la surface. Il est important de persévérer si vous voulez guérir. Intuitivement, vous savez que cela demandera du temps et que cela risque d’entraîner des changements dans votre vie.

Votre mental (ego) va vous empêcher d’aller en avant. C’est là que la volonté de s’en sortir est déterminante. Vous avez cette puissance en vous et je vous aiderai à aller la trouver.

Quand vous en avez pris conscience, vous ne pouvez plus revenir en arrière, tôt ou tard vous affrontez le problème et évoluez vers votre guérison poussée par votre force intérieure qui ne demande qu’à éclore.

Nous avons encore vécu, Julie, les participants au stage de l’enfant intérieur de juin et moi, des moments forts d’amour et de vie. Un voyage vers Soi pour panser ses blessures, se relier et s’aimer.

Prochains stages au château de Labastide Marnhac animés par Corinne Dollon et Julie Goron : 27,28 et 29 septembre 2016 et 8,9 et 10 novembre 2016 

J’envoie toute ma tendresse à votre enfant intérieur et mes plus belles énergies au grand enfant que vous êtes devenu pour lui permettre d’oser dépasser ses blessures et se lancer à la découverte de Soi.

                                                                   Corinne

Merci de partager cette synthèse d’écrits fondateurs autour de vous pour que chacun puisse trouver les clés à son bonheur. Vous pouvez aussi laisser un commentaire, vos expériences sont précieuses. 

Si vous partagez cet article merci de le conserver intégralement et de préciser la source : Corinne Dollon https://coeuracorps.fr

Ces articles pourraient vous intéresser !

Bilan évolutif à mi parcours de 2018 - Poser mes intentions pour la suite de 2018
Mes intentions pour 2018 : me déployer, laisser mon coeur me guider et m'ouvrir à la vie ça t'inspire ? Et toi ?
OUTIL MAGIQUE AYANT FAIT
S'ouvrir à sa puissance, sa bienveillance et son intuition - Un espace pour honorer son Féminin Sacré
S'ouvrir à sa puissance, sa bienveillance et son intuition... en présentiel ou en ligne


 

 
Postulats
Douce année et partages à vivre en 2017 - programme
 
Guérir son enfant intérieur - Article 1
Nouveau thème de réflexion : les 5 blessures de l’enfance
Je vous propose de vous guider à décoder vos  blessures profondes et à vous en libérer. 
Le concept « Les 5 blessures
Comment s'exprime l'enfant blessé en nous ? Article 2
Article 2 - Notre enfant intérieur blessé, comment s’exprime- t-il  dans notre vie d’adulte ?
Poursuivons notre chemin de réparation. Nous avons déjà évoqué les deux
Les attitudes de l'enfant blessé - Article 3
Article 3 : les attitudes affectives de l'enfant blessé
L’enfant s’est forgé une certitude par rapport aux expériences vécues durant sa vie fœtale et/ou sa vie d’enfant :
La blessure de rejet - article 4
LA BLESSURE DE REJET - Article 4
La plus archaïque (vécue dans les périodes de : conception, développement in utero, naissance et les 9 premiers mois de vie)
Je vais m'appuyer tout au
La blessure de rejet - article 5
La blessure de rejet -  Article 5
D’abord un grand merci, vous avez été très  nombreux à lire l’article 1 sur la  blessure de rejet.  Je compte sur vous pour continuer de partager autour
La blessure d'abandon - Article 6
Thème : les blessures  de  l'enfance - Article 3 : La blessure d'abandon
LE SENTIMENT D’ABANDON
Se sentir isolé, laissé à soi-même. Le sentiment d’abandon se traduit par une série de
Prendre conscience de ses progrès et de son évolution
AVANCER ? FAUT-IL S'EN RENDRE COMPTE
Comme il est important de voir son évolution ! Parfois, notre tendance à voir le verre à moitié vide ou nos exigences trop importantes
Poser mes intentions pour 2018
Mes intentions pour 2018 : me déployer, laisser mon coeur me guider et m'ouvrir à la vie ça t'inspire ? Et toi ?
OUTIL MAGIQUE AYANT FAIT SES PREUVES AU FIL DES ANNEES
Créé par Corinne

Confirmez-vous ?

En n’étant pas d’accord, vous n’aurez plus accès à notre site et serez déconnecté

Centre de préférences de confidentialité

Statistiques

Ce cookie nous permet est un outil de mesure d'audience. Il nous permet de vous connaître un peu mieux sans, d'améliorer le confort de notre site afin de vous proposer toujours plus d'aisance à naviguer.
Le visiteur reste anonyme

Cookies :
gadwp_wg_default_dimension
gadwp_wg_default_metric
gadwp_wg_default_swmetric

coeuracorps.fr, google analytics

Connexion sécurisée https

Ce Cookie permet de maintenir une connexion cryptée et de sauvegarder temporairement sur le serveur des informations relatives à un internaute. A chaque ouverture de session, un identifiant sous forme de cookie vous est transmis.

coeuracorps.fr

Rgpd

Ce cookie permet de vérifier si vous consentez à la politique de confidentialité du site
Cookies :
gdpr[allowed_cookies]
gdpr[consent_types]

coeuracorps.fr

Wordpress

Ces cookies sont utilisés pour conserver la configuration d’un utilisateur possédant un compte. Seuls les utilisateurs enregistrés de WordPress.com sont enregistrés

Cookies :
wordpress_sec
wordpress_logged_in
wordpress_test_cookie
wp-settings-1
wp-settings-time-1
wp_woocommerce_session

Stockage local en cas de téléchargement de produit

et-saved-post

coeuracorps.fr

Fermer votre compte ?

Votre compte sera fermé et toutes les données seront définitivement supprimées et ne pourront pas être récupérées. Confirmez-vous ?